ConcertAmnesty-1

DNA 7 novembre 2015

Le trio Eliaca donnait un concert samedi dernier en l’église protestante de Quatzenheim. Au programme, une « ode à la nature » avec des œuvres en majorité de compositeurs français, mais aussi de Mozart, Bartok et Borodine. Comme chaque année, la petite église était bondée pour ce 7e concert classique, organisé par la bibliothèque de Quatzenheim dans le cadre du réseau Kolibris. Un invité de marque trônait dans le chœur : un magnifique piano de concert, une première dans cette manifestation. Élisabeth Vinciguerra était au clavier, accompagnée par Anne Catherine Dupraz au violoncelle et Anaïs Havard soprano. Trois talents confirmés et conjugués pour emmener le public dans une belle balade. Tout portait à la rêverie, de la Captive de Berlioz « prisonnière, je rêve et imagine le monde et ses richesses, ses paysages, enveloppée d’un manteau de lune… » au Clair de Lune de Debussy, en passant par le Sylphe mélodique de César Franck, délicieusement interprétée par Anaïs Havard. La faune était présente avec la fable « La chauve-souris et les deux belettes » de La Fontaine sur un air de Charles Lecocq, avec la Truite de Franz Schubert et le lied enjoué des Oiseaux de Mozart. Le public fut vite conquis par les sonorités profondes du violoncelle, celles vibrantes du piano qui emplissaient la salle avec une parfaite harmonie enrichie par la voie chaude de la soprano. Le point d’orgue fut l’élégie de Jules Massenet, reprise en bis à la fin. Lors de la dernière pièce du concert, les « Feuilles mortes » de Joseph Kosma sur un poème de Prévert, Anaïs Havard demanda à l’assemblée de l’accompagner pour cette mélodie bien connue. Tout en douceur mais avec beaucoup de cohésion, le public a ainsi chanté avec cœur le dernier couplet en final. Ce rendez-vous annuel s’est poursuivi autour d’un cocktail.

DNA Concert Quatzenheim